Crise-1c3344c

L’heure du bilan a sonné. Cinq ans après l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, on compte un million de chômeurs en plus.

L’industrie a encore perdu 350 000 emplois. La pauvreté touche 9 millions de nos concitoyens, et le gouvernement a offert 75 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches.

La dette publique a augmenté de 612 milliards. Le déficit commercial a doublé, en augmentation de 36 milliards.

Le gouvernement a même supprimé 80 000 postes d’enseignants, mettant en danger d’avenir notre jeunesse. Comment Nicolas Sarkozy peut-il défendre avec autant d’aplomb ?

Ces choix n’ont rien à voir avec la crise. La crise a été alimentée par ces choix politiques obstinément ultralibéraux.

Elle s’aggravera encore avec les traités européens du MES.