arton1758-78733[1]

« A la télé, les mots doux – la lacrymo au rendez-vous »

 

Accueillis à Paris par des CRS, 200 ouvriers de Florange ont été aspergés de gaz lacrymogène à proximité du QG de campagne du Président de la République.

 

C’est donc ainsi que Nicolas Sarkozy soutient la sidérurgie française. C’est ainsi qu’il soutient les ouvriers, les syndicalistes, les travailleurs. A la télévision, les mots doux – le gaz lacrymogène au rendez-vous. Voilà toute la politique sociale et industrielle du Président de la République.

 

Cinq ans de double langage, cela suffit. En début d’après-midi, Nicolas Sarkozy s’est dit à la disposition des « vrais » salariés de Florange, de « ceux qui travaillent » : cette ironie est – au choix – indécente ou cruelle. Dans quelques semaines, les « vrais » électeurs mettront fin à cette parodie de présidence.