arton645[1]Dans Les Echos d’aujourd’hui, un dossier est consacré à la place de l’enseignement supérieur dans les élections et les attentes des présidents des grandes écoles, des présidents d’université.

Le plus scandaleux dans ce dossier réside dans la question du financement de l’enseignement supérieur. Alors que le besoin d’un plus grand financement est largement partagé dans toute la communauté universitaire, les propositions reviennent à créer une barrière sociale qui empêcherait aux plus précaires d’entre nous d’accéder à une formation supérieure. Ainsi, cet investissement dans les études et la recherche devrait, selon le président de la conférence des grandes écoles, être pris en charge par l’Etat, les familles et les entreprises. Cette proposition c’est la hausse des frais d’inscription, la place de plus en plus grande que prendrait les entreprises au sein des Universités. Et l’on connaît déjà les résultats de cette politique : le nombre de fils d’ouvriers au sein de l’enseignement supérieur a baissé de 4% en un an ! Quant aux entreprises et leur entrée dans les Universités, on assiste à la création de filières qui répondent directement à leurs besoins et qui transforment l’Université en centre de formation gratuit pour les entreprises. Ces recommandations des grandes écoles c’est comment fermer les portes de l’enseignement supérieur aux plus pauvres et répondre aux besoins des entreprises.

Au contraire, les étudiants communistes exigent un véritable service public d’enseignement supérieur qui permette à chacun d’étudier dans les meilleures conditions. Pour cela, c’est l’Etat, en lien avec la communauté universitaire, et pas les entreprises, qui doit être le garant d’une formation publique, gratuite, de qualité qui réponde aux enjeux et aux besoins de la société

rejoins la lutte avec les Jeunes Communistes de la Somme (jeunescommunistes80.over-blog.com)